Correspondance à Amalye

Vous voulez prendre contact, parlementer, sceller une amitié avec la confrérie, vous pouvez commencer ici, et continuer en privé ou l'inverse et vice versa ou son contraire. La confrérie vous parle, et vous parlez de la confrérie....
Avatar de l’utilisateur
Naraku
Yubo
Messages : 3
Enregistré le : 31 janv. 2007 22:03
Contact :

Correspondance à Amalye

Messagepar Naraku » 16 juil. 2007 08:30

[hrp]
Désolée, je poste ça ici, je n'ai pas trouvé de section RP :p
[/hrp]

Pour la seconde fois depuis des jours et des jours, Naraku déposait ses amplificateurs à côté du rocher où elle venait se reposer un peu de temps en temps. La journée et le début de la nuit avaient été particulièrement difficiles, et pouvoir ôter un peu ses amplificateurs signifiait que même si la bataille contre les Kitins n’était pas encore gagnée, elle était en bonne voie pour le devenir.

Passant une main sur son visage, Naraku se frotta un peu les yeux puis alla chercher dans un petit sac de quoi rédiger une lettre. S’asseyant sur son rocher, elle soupira, se demandant s’il valait mieux écrire une lettre illisible de la main droite, ou tirer encore sur sa blessure et écrire de la main gauche ? Son regard s’attarda sur le village. Bien qu’il fasse nuit, celui-ci était éclairé comme en plein jour : des sorts fusaient un peu plus loin, offrant de la lumière en permanence. Cet univers de bataille n’était vraiment pas fait pour elle…

Soupirant de nouveau et grimaçant, l’Homine décida d’utiliser sa main gauche : A quoi servirait une lettre totalement illisible ? Pourtant, malgré cela, son regard c’était adoucit, et en écrivant les premiers mots, un sourire avait étiré ses lèvres.

Ma Lya,

Le temps passe si vite et j’ai eu tant de choses à faire que je n’ai pu trouver le temps de t’envoyer une lettre plus tôt, et je m’en veux. Je sais bien que je t’avais mise au courant de la situation, et que tu saurais que je n’aurai pas trop de temps libre durant les batailles, mais j’espérai vraiment avoir le temps de te faire parvenir au moins un petit mot pour dire que ça allait. En fait, j’aurai pu le faire, un mot de juste deux lignes, mais égoïstement, je voulais t’envoyer de vraies nouvelles, et là je n’ai pas eu le temps de le faire avant. J’espère que tu ne t’es pas trop inquiétée de mon silence et que tu ne m’en veux pas trop, même si je pressens le contraire… Ma Lya…

Dès mon arrivée au village, j’ai du enfiler mes amplificateurs et lancer sorts de soins sur sorts de soins. Ils manquent cruellement de soigneurs, et je n’ai pas été de trop pour aider à tenir les Kitins hors du village. Si tu avais vu ça…Kinchers, Kipestas, Kidiniaks, et même les Kipees et Kibans d’habitude non agressifs menaçaient le village. Quand je suis arrivée, ils attaquaient sur deux fronts en même temps et étaient bien plus nombreux et organisés que nous. Je ne sais pas trop par quel miracle on a réussi à les tenir hors du village, mais on a eu de la chance. Pourtant, le village est composé essentiellement de puissants mages et guerriers…

Depuis le début de la saison, les renforts arrivent petit à petit. Il me semble avoir reconnu quelques têtes, mais je ne pourrai même pas te dire d’où ils arrivent tous. Peut être des familles qui ont demandé des secours, et ces secours qui en ont prévenu d’autres… C’est bien, ça nous permet de nous reposer un peu. Pour tout te dire, je crois que c’est la première nuit où je vais pouvoir fermer l’œil un peu. Enfin, réellement, si l’attaque continue d’être repoussée. Je suis épuisée à force de ne dormir qu’une ou deux heures par jour pour ensuite retourner au combat, mais je n’ai pas trop le choix, et finalement, je suis heureuse d’être là pour défendre le village. Tu me manques atrocement, mais ça me rassure de savoir que tu es en sécurité. Il y a eu beaucoup de blessés ici, mais aussi de morts, et je m’en serai voulue à vie si tu avais fait partie des victimes.

Pour ma part, je m’en sors plutôt bien pour le moment. Outre la fatigue qui se fait lourdement ressentir, je ne suis pas vraiment blessée. Rien de grave du moins. Un Kipesta qui a réussi à passer la ligne défensive des guerriers a lancé son jet de feu dans les mages. Par chance, il n’a pas fait beaucoup de blessés, mais je n’étais pas loin, et concentrée sur l’Homin que je devais soigner en permanence, je n’ai pas fais attention… Résultat, c’est moi qui ai du me faire soigner d’une bonne brûlure au bras gauche. Ca date d’hier seulement, alors c’est encore douloureux, mais même si il nous manque toujours quelques soigneurs, ceux qui sont là sont bons. Je risque peut être de garder une trace, tout dépend de la guérison, mais ça ne sera pas grand-chose si c’est le cas.

Je vois d’ici la grimace que tu dois faire à me lire ! Ne t’inquiète pas, je suis en un seul morceau, et je t’aime, c’est le plus important non ?

En ce qui concerne mon père, je continue de garder un œil sur lui, mais il n’a pas l’air de vouloir tenter quelque chose pour le moment. Bon, avec la bataille, ça serait déplacé de sa part, mais je préfère me méfier. Si son comportement change, je te le ferai savoir aussitôt.

J’espère pouvoir rentrer bientôt. La bataille touche à sa fin, je le sens. Alors que les Kitins semblaient toujours aussi nombreux, leur nombre à l’air de diminuer. Peut être d’ici la fin de la saison, ou de la saison prochaine si une nouvelle vague n’arrive pas.
Quand nous aurons gagné, je pense rester encore un peu pour me reposer. Le voyage d’aller à été long et fatiguant, et je ne pourrai pas faire le retour sans m’être reposée un peu. Mais après ça, je compte bien me diriger rapidement vers FairHaven en espérant t’y trouver.

En attendant, je t’envoie pleins de bisous ! Et fais attention à toi surtout !
J’espère avoir vite de tes nouvelles. Cet Izam est le mien, il me retrouvera où que je sois si tu veux l’utiliser.

Oh, j’allais oublier. Avec la bataille qui se fait un peu moins rude, je pense pouvoir t’envoyer des lettres assez régulièrement. Si mon père veut tenter quelque chose pour que je reste au village, il le fera durant mon repos. Ainsi, si tu n’as plus de nouvelles durant plus d’une semaine, c’est qu’il y à fort à parier qu’il m’est arrivé quelque chose. Si jamais cela devait arriver, fais vraiment attention à toi, et si tu décides de venir, ne vient pas seule.

Il n’y a pas si longtemps, j’ai appris que les Disciples de Bremmens avaient été attaqués. J’ai fais parvenir un rapide mot aux Compagnons pour les prévenir, et à Hélys pour lui assurer mon soutien et celui de la guilde. Elle m’a répondu que si jamais nous avions besoin d’aide, les Disciples seraient là. Peut être que s’il m’arrive quelque chose, tu pourrais faire appel à eux aussi ? Ca me semble assez exagéré, mais mon père a beaucoup d’influence sur le village, et si jamais il décide de rallier tout le village à sa « cause », il y a fort à parier qu’il faille affronter le village entier pour que je puisse repartir. Souhaitons que cela n’arrive pas. Je tenterai de me reposer dans un village voisin pour éviter ce genre de problèmes.

Bien… Je pourrai continuer encore sur des pages et des pages, mais il faut encore que je remercie Hélys, et que je me repose…

Avec toute ma tendresse et mon amour,

Ta Nya.



Pliant la lettre, Naraku l’attacha ensuite à son Izam, en priant pour qu’elle arrive bien dans les mains d’Amalye.
Exténuée, elle décida que finalement, il valait mieux qu’elle se repose alors qu’elle en avait encore le temps plutôt qu’elle continue à veiller. Et puis, avec son bras qui la faisait souffrir, c’était sûrement plus raisonnable ainsi.
Rangeant ses affaires, elle remit ses amplificateurs pour être prête à intervenir sur le champ de bataille à n’importe quel moment et ferma les yeux.
Naraku, Chef des Compagnons Trykers
Avatar de l’utilisateur
Natara
Venerable
Messages : 823
Enregistré le : 22 juin 2006 03:34
Localisation : le nez dans un carnet
Contact :

Messagepar Natara » 16 juil. 2007 09:59

[hrp]l'ambassade est une section rp, y a pas de soucis ;)[/hrp]
Amalye
Initie
Messages : 145
Enregistré le : 21 août 2006 23:17
Localisation : Sur un spot de forage, la pioche à la main

Messagepar Amalye » 20 juil. 2007 12:25

Quand Amalye rentra à Pyr après une petite chasse improvisée avec un confrère et quelques Amazones, elle se rendit directement à son appartement, soulagée de pouvoir poser sa hachette et enlever cette lourde armure. Décidément, ce n'était pas pour elle ce genre de choses. Elle préférait mille fois lancer des sorts pour rendre les bêtes carnivores aveugles, ou bien les kitins fous. Mais être aux premiers rangs et rendre coup pour coup... Bah... il fallait bien qu'elle entretienne un peu sa condition aussi se disait-elle...

C'est alors qu'elle aperçut un izam, fourbu, et porteur d'un message. Son coeur ne fit qu'un bond

Nya ! se dit-elle, ça ne peut être qu'elle

D'un coup, toute fatigue semblait l'avoir abandonnée, et elle se mit fébrilement à décacheter la lettre pour en lire le contenu. Les larmes perlaient à ses yeux alors qu'elle lisait l'état de fatigue et de souffrance de celle qu'elle chérissait tant. Et puis, il y avait encore son père... Que ferait ce dernier une fois l'invasion kitin repoussée ?

Bien vite, Amalye se précipita à son tour sur sa plume afin de rédiger une réponse à sa Nya.

[hrp]la lettre de réponse se trouve ici sur le forum des Compagnons Trykers :)[/hrp]
Soeur Amalye, Initiée de la confrérie du grand dragon

Image
Avatar de l’utilisateur
Naraku
Yubo
Messages : 3
Enregistré le : 31 janv. 2007 22:03
Contact :

Messagepar Naraku » 10 août 2007 14:02

Confortablement installée sur une caisse en bois, une plume à la main, Naraku rédigeait une seconde lettre à Amalye. Depuis le temps qu'elle avait reçu sa réponse, elle devait être morte d'inquiétude de n'avoir toujours rien reçu de sa part !

Alors, lentement, Naraku écrivit sur son parchemin, désespérant à la vue de son écriture tremblante. Elle qui voulait justement éviter ce genre de choses, il semblerait que même en essayant, elle n'y parviendrait pas.

Ny-Amn,

J’aurai tant de choses à te dire, tant à te raconter sur les longs jours qui se sont écoulés, mais malheureusement, je n’ai pas beaucoup de temps. Du moins, pas autant que je le souhaiterai pour te raconter tout ce qu’il s’est passé.

Dans ma précédente lettre, je te disais que l’attaque semblait bientôt gagnée pour nous. Je ne me suis pas trompée, même s’il a fallu repousser une dernière vague avant d’avoir enfin la paix. La question que tout le monde s’est posée a été : pour combien de temps sommes nous tranquilles ? Il va sans dire qu’avant de crier définitivement victoire, nous avons préféré attendre, des fois qu’une autre attaque ai lieu, un peu plus tard. Mais il semblerait que rien de semblable ne se soit produit, et j’en suis contente. Maintenant, les habitants s’affairent à reconstruire, et je suis épatée de voir à la vitesse à laquelle ils avancent…

Je me souviens… Je t’avais dis que je te donnerai des nouvelles plus régulièrement, chose à laquelle j’ai lamentablement échouée. Je suis soulagée de constater que mon absence de lettre n’a pas donnée lieu à une recherche acharnée de ta part, avec enfonçage de porte de chez mon père. Je caricature, mais honnêtement, je préfère te savoir loin d’ici plutôt que prête à braver mon père. Moi-même qui suis un peu habituée au corps à corps, plus que toi en tous cas, même si tu as l’air de t’y mettre un peu, je n’arrive pas encore à lui tenir tête. Pas physiquement du moins… Mais c’est du passé.

Je suis actuellement sur la route pour te rejoindre. J’ai profité d’une troupe de Tryker pour m’éclipser du village, et je fais le chemin avec eux. J’espère ne pas les mettre en danger, mais c’est tout ce que j’ai trouvé, et à priori, personne ne sait que je suis avec eux. Le voyage va être long cependant, puisqu’ils font des haltes dans les prochains villages pour donner quelques représentations. Ce n’est pas plus mal finalement, ça me permet de me remettre, et de me reposer. Et puis, je préfère que ce soit ainsi. J’ai hâte de te revoir tu sais, tu me manques,mais….

Je préfère ne pas te donner de date précise, ni même non précise. D’ailleurs, elle serait sûrement erronée avec leur emploi du temps qui change tout le temps. Sache juste que je vais aussi bien que possible, que je pense à toi et que je suis sur le chemin du retour.

La caravane se remet en route, je dois y retourner.
Je t’aime, prends soin de toi,

Ta Nya.
Naraku, Chef des Compagnons Trykers

Retourner vers « L'ambassade »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité